Une danseuse en manque de clients

Un texte de Marie-Gabrielle Ménard, notre Justicière invitée d’avril

Je suis danseuse… contemporaine… je suis en manque… de clients!

Le 29 avril est la date anniversaire de la Journée Internationale de la danse, instaurée il y a trente ans, par le Comité de Danse International (CDI), en relation avec l’UNESCO.

« Les objectifs de la Journée Internationale de la danse et du message international sont de réunir le monde de la danse, rendre hommage à la danse, célébrer son universalité et, franchissant toutes les barrières politiques, culturelles et ethniques, rassembler l’humanité toute entière autour de la danse, langage universel… »  Source: Journée-Mondiale

À l’invitation des Justiciers urbains et portée par la foulée de la première édition de Québec Danse, un événement tentaculaire initié par le Regroupement québécois de la danse (RQD) qui se tiendra partout au Québec du 23 au 29 avril 2012, j’ai eu envie, en tant qu’artiste de la danse, de rendre hommage à mes collègues danseurs contemporains qui rendent effervescente la pratique professionnelle de cet art marginal, grâce à leur indéniable talent et leur admirable engagement. Quel beau problème que de constater que la danse contemporaine est en offre trop abondante pour un territoire comme Montréal, où la population manque parfois, outre d’argent et de temps, de curiosité et d’audace.

Tous comme l’ensemble de mes formidables collègues, je suis bel et bien une danseuse en manque de clients. Plutôt que de vous supplier de venir nous « supporter » en assistant à des spectacles professionnels – qui ne ressemblent en rien aux récurrents spectacles annuels de ballet jazz de votre petite cousine – je préfère vous présenter le portrait d’un humain atypique qui a choisi la profession de danseur.  Cela pourra sembler insensé pour quelques uns d’entre vous, mais la danse peut effectivement s’avérer un métier et non pas seulement un passe-temps. Piquer votre curiosité, voilà ce que je souhaite, afin de réaliser l’un de mes fantasmes les plus farfelus soit de vous donner le goût de sortir votre porte-monnaie et de vous déplacer dans une salle de spectacle – Bon bon, je sais, consommer de la danse demande bien des efforts… – afin qu’ultimement vous viviez un moment assurément marquant, qui pourrait: vous laisser perplexe, vous éblouir, vous toucher, vous choquer, et, pour certains, provoquer une nouvelle dépendance.

Un danseur, est un être hybride à mi-chemin entre l’artiste et l’athlète, entre l’exécutant et le créateur, entre le metteur en scène et le figurant. On lui demande d’être souple et fort, d’être tonique et léger, d’être polyvalent et précis, humble mais capable de porter, de défendre, de livrer une œuvre qui, en danse contemporaine, est plus souvent qu’autrement abstraite et ce devant un public hétéroclite, composé en majorité: d’artistes, d’étudiants en art, de critiques, de diffuseurs, de subventionnaires, d’amateurs de danse et… d’un certain nombre de non-initiés.

Le danseur contemporain montréalais s’entraîne plusieurs matins par semaine, à ses frais, certes en danse contemporaine, mais aussi en ballet, en yoga, en pilates, en qi gong, en gyrokinesis, en acrobatie, en mime, en jeu, avant d’aller répéter auprès de la compagnie qui l’engage habituellement pour quelques mois en amont des 3 à 5 représentations qu’il donnera de l’œuvre, pour laquelle il aura consacré à sa création de 150 à 300 heures. Oh oui, j’oubliais, le danseur contemporain a presque toujours le statut de travailleur autonome – comme dans «il n’a pas d’assurance» – alors il doit trouver, de façon autonome, un moyen d’acquitter les frais de ses traitements: d’ostéopathie, de physiothérapie, d’acuponcture essentiels à ce qu’il puisse exercer son métier.

Un danseur n’est pas un passionné, c’est un convaincu. Convaincu que son art a une valeur, une valeur universelle et que par le langage du corps d’importants messages peuvent être portés, des idées lancées, des tabous démuselés.

En guise de conclusion, je me permets de vous partager mes coups de cœur à l’égard d’artistes montréalais de la danse qui pour différentes raisons me touchent à toutes les fois où je les vois évoluer sur scène: Louise Lecavalier, Carol Prieur, Manuel Roque, Lucie Vigneault,  Ami Shulman, David Rancourt, James Viveiros, Sophie Breton et Chanti Wadge .  MERCI de vous dédier à la danse comme vous le faites, vous me transporter par votre générosité, votre talent, votre intelligence, votre beauté, bref vous m’inspirez. Amis des Justiciers urbains, soyez curieux et découvrez le talent des danseurs québécois en fréquentant les théâtres suivants en 2012-13:

Tangente, pour faire des découvertes surprenantes

La Chapelle,  pour se faire brasser la cage

Danse Danse,  pour s’en faire mettre plein la vue

L’Agora de la danse, pour être ébloui

L’Usine C,  pour rêver

Publicités

À propos de Les Justiciers urbains

Un jour, à la suite d’un projet mésadapté pour nore quartier, nous, les Justiciers urbains, avons été frappés par le devoir d’accomplir le destin qui nous unissait. Cette union nous a confié des turbos pouvoirs : lucidité et «exécutivité» hors du commun, capacité de faire triompher le bien du mal (uniquement dans des milieux citadins) ainsi que «sens de l’urbain» les avertissant des dangers imminents. Les Justiciers urbains aiment leur ville plus que tout. C’est pourquoi nous nous intéressons à l’ensemble des questions et enjeux concernant Montréal et sa région. Nous prenons position et faisons valoir nos idées face aux enjeux d’actualité. Nous produisons des éditoriaux, rédigeons des mémoires et participons à des consultations publiques avec pour mission de servir le bien commun de Montréal et de ses citoyens.

Publié le 25 avril 2012, dans Les Justiciers invités. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Excellent texte, bravo à la Justicière invitée !

  1. Pingback: Retour sur le passé – avril 2012 « Les Justiciers urbains

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :