La patinoire Victoria et les origines du hockey à Montréal

Un texte de Mathieu Gravel, notre Justicier invité de mars

Lors de mes recherches pour mon blog, je suis tombé sur un morceau d’histoire qui me hante depuis un certain temps. Je me suis rendu compte qu’à l’origine du sport, plusieurs des premières équipes de hockey organisé jouaient leurs parties à l’ancienne patinoire Victoria, au centre-ville de Montréal. La Victoria Skating Rink est le lieu d’origine du hockey organisé moderne et était un lieu de loisir et de tourisme important de la haute société Montréalaise ( lire anglaise ) durant la deuxième moitié du 19ème siècle.

Patinoire vue de l'extérieur

La patinoire originale n’existe malheureusement plus de nos jours, ayant été reconverti en stationnement à étages vers 1925. Désireux d’en savoir plus sur cette patinoire mythique, j’essaya de me renseigner mais je n’arriva pas à découvrir les détails sur les derniers jours de la patinoire et je voulais savoir pourquoi elle était ainsi tombée dans l’oubli collectif. Je m’étais aussi dit qu’il serait chouette d’aller sur les lieux juste pour pouvoir dire «Wow! C’est ici.» mais j’essaie normalement d’éviter le downtown et y aller seulement pour y prendre une photo d’un vulgaire stationnement ne m’attirait guère. Je mis donc ce projet d’article sur la glace (jeu de mot) et l’oublia presque aussitôt. Mais en décembre dernier, j’obtins une entrevue pour une compagnie située au centre-ville. Comme je me promène rarement au centre-ville, j’ai souvent l’air d’un touriste, la tête en l’air à contempler les buildings. Tout à coup, étant presque arrivé à destination, je me rendis compte que juste devant moi se trouvait un stationnement à étage morbide, construit avec de la vieille brique rappelant vaguement le Detroit moderne. Je reconnus la bâtisse que j’avais vu sur Google lors de mes recherches et je pus enfin dire mon «Wow! C’est ici.» suivi d’un sentiment glauque de déception. Je sus alors que je me devais d’écrire ce foutu article. Et j’ai obtenu l’emploi d’ailleurs, donc c’était écrit dans le ciel.

Emplacement actuel

Premièrement, remise en contexte. Vers la moitié du 19ème siècle, on assista à un important développement au niveau des activités hivernales et particulièrement en ce qui concerne Montréal. La raquette et le toboggan commençaient à se répandre comme loisir, mais c’est au niveau organisationnel que Montréal innova dans le développement des sports nordiques et où les premiers clubs organisés de curling et de patinage artistique furent fondés ainsi que le premier carnaval d’hiver en Amérique du Nord. Le hockey récréationnel existait à l’époque, même que l’on peut remonter au 16ème siècle et même plus loin pour retracer l’origine du sport. Halifax et la Nouvelle-Écosse doivent être à mon avis considérés comme le lieu d’origine officiel du hockey, ayant vu les premiers développement du sport sur la glace, surtout au niveau de l’équipement.  Mais le hockey organisé comme on le connait aujourd’hui a ses racines à Montréal et c’est ici que la patinoire Victoria occupe un rôle majeur dans l’évolution de ce sport.

La Victoria Skating Ring fût construite en 1862, une des premières et plus grandes patinoires intérieures en Amérique du Nord et était considérée comme l’une des plus belles patinoires couvertes au monde. Située entre les rues Stanley et Drummond, au nord de René-Lévesque (anciennement Boulevard Dorchester) au centre de la communauté industrielle et universitaire anglaise de l’époque. Elle fût la première de plusieurs patinoires au Canada nommées en l’honneur de la reine Victoria. L’intérieur de la batisse avait l’air très impressionnant à l’époque, avec son haut plafond supporté par de nombreuses arches et poutres qui s’étendaient sur l’ensemble de la structure. Comme nous sommes en 1862, il faut garder en tête que l’intérieur des lieux n’était pas chauffé, la glace étant naturelle et glacée seulement par la froideur de l’hiver. De grandes fenêtres permettaient d’éclairer les lieux ainsi que plus de 500 lampes à gaz. Ce fût d’ailleurs plus tard le premier bâtiment au Canada à avoir l’électricité et même Thomas Édison s’y est rendu pour des conférences. Le batiment servit d’abord aux clubs de patins montréalais, ainsi qu’aux festivals et carnavals hivernaux. En été, on y tenait des expositions d’horticulture et des concerts. La patinoire devint un attrait touristique majeur pour Montréal.

"Fancy ball at the Victoria Rink" 1865

C’est en 1875 que le hockey organisé apparût pour la première fois. Auparavant, le hockey ne se jouait que par plaisir, sur les lacs et les étangs, en patins ou en bottines, sans règles spécifiques ni d’équipes établies ou même de gardien de but. Tout changea lorsque James Creighton , surnommé «le père du hockey» et originaire d’Halifax s’installa à Montréal en 1872 à l’age de 22 ans. Il se joint au club de football amateur de Montréal et il devint aussi un patineur artistique de renom. Creighton demanda à des amis de lui envoyer des bâtons et patins spécialisés à Montréal pour qu’il puisse introduire ses amis montréalais au sport de hockey. Ayant accès à la glace de la patinoire Victoria comme juge des compétitions, c’est là qu’il organisa la première partie intérieure officielle de hockey sur glace, le 3 mars 1875, entre deux équipes composées de membres des clubs de patinage et de football ainsi que des étudiants de l’université McGill. L’équipe de Creighton remporta la partie 2-1 et une page d’histoire fût écrite.

Article de The Gazette du 4 mars 1875. Remarquez à la fin ou ils mentionnent qu'une bagare a éclaté à la fin du match.


Équipe de l'Université McGill - 1881

Par première partie officielle, on implique les termes suivants; 2 équipes de 9 joueurs ayant des uniformes et des positions différentes, deux gardiens de buts, un arbitre, une rondelle, un éventail de règles prédéterminées et une durée officielle de 60 minutes avec un score final enregistré à la fin. Avant ça, c’était plus « free-for-all ». Mais au delà de ces normes officielles, le sport se métamorphosa surtout grâce aux contraintes physiques de la patinoire. La dimension de la glace étant plus petite et plus rectangulaire qu’un lac ou un étang força le jeu à se limiter à neuf joueurs de chaque côté (ensuite 7 et maintenant 6) . Avant la construction de cette glace, les patinoires intérieures et extérieures étaient plutôt de forme circulaire et non pas rectangulaire aux coins arrondis comme maintenant. D’ailleurs, comme la patinoire se trouvait entre les rues Drummond et Stanley, les dimensions de la patinoire se limitaient  à l’espace maximum disponible entre ces deux rues, et les patinoires construites par la suite copièrent ces mêmes dimensions. Aujourd’hui même, l’ensemble des patinoires en Amérique du Nord ont sensiblement cette même grandeur standard. Donc la forme rectangulaire de la glace influença grandement le développement du jeu dans le positionnement des joueurs ainsi que dans la vitesse et l’exécution du jeu. À noter aussi qu’à l’époque il n’y avait pas encore de bandes pour protéger les spectateurs ni de filets pour les buts. Mais la rondelle ne devait pas être levée, seulement poussée sur la glace.

Vue aérienne du site. Remarquez que la dimension du terrain est similaire aux dimensions actuelles d'une patinoire nord-américaine. Aussi j'ignorais qu'il y avait un stationnement sur le toit.

De cette première partie officielle en 1875 jusqu’en 1881, il n’y avait toujours pas de ligue, malgré le fait que le sport commencea à se diffuser à travers le pays. À la patinoire Victoria, on y jouait seulement des parties hors-concours, principalement entre les membres du club Victoria et des équipes de potteux universitaires comme McGill. Ensuite on assista à l’organisation de tournois entre ces mêmes équipes lors des festivals hivernaux. Ces tournois moussèrent l’intérêt à développer une ligue de championnat, ce qui arriva en 1886 lorsque la Amateur Hockey Association of Canada (AHAC) fût créée, encore une fois à la patinoire Victoria. La ligue comprenait surtout des équipes de Montréal mais aussi de Québec et d’Ottawa. C’est lors d’une partie à la patinoire Victoria en février 1889 que Lord Stanley of Preston, le gouverneur général du Canada, vut sa première partie de hockey entre les Victorias de Montréal et le Montreal Hockey Club. Lui et sa famille furent grandement imprésionnés par le sport et l’ambiance des lieux. Plus tard, ses deux fils lui suggérèrent de faire la donation d’un trophée officiel à être disputé entre les équipes championnes des ligues de hockey canadiennes. C’est donc en 1893 qu’il fît sa donation et que les premières séries de la coupe Stanley arrivèrent, la première équipe championne, le Montreal Hockey Club, remporta le premier match historique de finale de la coupe Stanley contre le Ottawa Hockey Club par un score de 3-1 , à la patinoire Victoria. Quand je vous dis que c’est décevant de voir qu’au même endroit, environ 120 ans plus tard, on ne retrouve qu’un parking à étage éclairé au néon…  ça me donne mal au coeur.

Match de hockey (possiblement durant les premières séries de la coupe Stanley) 1893. Remarquez qu'il n'y avait toujours pas de filets, seulement deux poteaux et pas d'équipement de gardien de but.

Après cette première série de la coupe Stanley, le hockey et la patinoire Victoria continuèrent d’évoluer. On contruisit un balcon pour avoir plus de spectateurs, ainsi que des loges vitrées, précurseurs des loges corporatives d’aujourd’hui. En 1896, la patinoire fût connecté au télégraphe pour pouvoir transmettre simultanément les résultats de la finale entre Montréal et Winnipeg, devenant ainsi la première diffusion d’un match en temps réel. Mais les bons moments à la patinoire s’estompèrent au tournant du siècle. D’autres patinoires plus modernes furent construites, notamment le Westmount Arena et la pationoire Jubilee qui fûrent construites uniquement pour le hockey. Donc les meilleures équipes délaissèrent petit à petit la Victoria qui elle, tombait en morceaux. Au lieu de rénover la patinoire, le Victoria Skating Club vendirent la bâtisse à J. William Shaw, un marchand de pianos qui planifiait d’en faire un aréna de concerts d’opéra mais ne put jamais réaliser ce souhait dû au coût élevé et le peu de profits prévus. Il continua donc de louer la patinoire pour le patin et le hockey tout en reconvertissant le batiment en stationnement de voitures en été. Des ligues plus petites jouaient à la Victoria commes des ligues de garage, des ligues scolaires et autres ligues amateures pendant que le hockey professionnel prit de plus en plus d’importance. Lors des années 20, le batiment était devenu désuet et dangereux, ce qui força le proprio à vendre le terrain à la Stanley Realty Corporation pour construire un stationnement à étage. La dernière partie enregistrée à la patinoire Victoria fût un match assez bâtard de semi-finale de la Canadian National Railway Hockey League entre l’équipe du Car Department et celle du General Office le 3 mars 1925, soit 50 ans jour pour jour après le premier match de James Creighton et les étudiants de McGill. Il ne disputèrent même pas la finale à la Victoria mais plutôt au nouveau Forum, qui venait d’ouvrir cette année-là.

Aujourd’hui, il m’est impossible de savoir si une partie de l’édifice original existe toujours en dessous de cet ignoble stationnement. Probablement pas. Aucune info n’est disponible sur internet, ni sur le site du stationnement. J’ai envoyé un e-mail au bureau du Patrimoine de la ville de Montréal qui eux me renvoient aux archives de la ville. Donc on dirait qu’il s’agit de ma mission mais mon horraire 9 à 5 m’en empêche. Moi tout ce que je demande c’est qu’ils installent une plaque à l’extérieur, ou bien qu’ils renomment le stationnement « Victoria Parking » ou bien « Stationnement Creighton » ou quelque chose du genre. Apparamment qu’une plaque se trouverait à l’extérieur du Centre Bell commémorant l’histoire de la patinoire mais je trouve ça assez moche. Le hockey à Montréal, ce n’est pas seulement le CH. Ironiquement le Centre Bell n’est qu’à quelques centaines de pieds du site, autour on ne retrouve que buildings et stationnements glauques. Moi dans le meilleur des mondes, je ramenerais la bonne vieille patinoire avec le plafond arché et on organiserait un Igloofest sur glace, des parties de hockey à l’ancienne et des bals masqués hivernaux. Cela rajouterait un cachet historique et original au tourisme à Montréal. Mais tout ça coûterait un bras et enlèverait des places de stationnements au Centre Bell et au précieux CH. Donc je me contente de vous raconter cette histoire , je suis toujours sur la piste d’autres informations grâce au bureau du patrimoine et la bibliothèque nationale donc j’espère faire suite à cet article très bientôt. D’ici là, keep on rocking the free world.

Publicités

À propos de Les Justiciers urbains

Un jour, à la suite d’un projet mésadapté pour nore quartier, nous, les Justiciers urbains, avons été frappés par le devoir d’accomplir le destin qui nous unissait. Cette union nous a confié des turbos pouvoirs : lucidité et «exécutivité» hors du commun, capacité de faire triompher le bien du mal (uniquement dans des milieux citadins) ainsi que «sens de l’urbain» les avertissant des dangers imminents. Les Justiciers urbains aiment leur ville plus que tout. C’est pourquoi nous nous intéressons à l’ensemble des questions et enjeux concernant Montréal et sa région. Nous prenons position et faisons valoir nos idées face aux enjeux d’actualité. Nous produisons des éditoriaux, rédigeons des mémoires et participons à des consultations publiques avec pour mission de servir le bien commun de Montréal et de ses citoyens.

Publié le 28 mars 2012, dans Les Justiciers invités. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :