L’avenir du secteur Griffintown

Le développement du secteur Griffinntown constitue une opportunité historique de réaménager un secteur central de la ville et d’en faire un milieu habité et dynamique. Au-delà du «chantier physique» (les projets de condo, réaménagement des rues, mobilier urbain, etc.), il s’avère essentiel de considérer que le secteur sera également un «chantier social» pour les prochaines années. Afin de faire du secteur un véritable milieu de vie, le chantier physique devra se faire de façon à favoriser la réussite du chantier social qui se concrétiserait par le développement d’un véritable esprit de quartier. Pour atteindre cet objectif, plusieurs éléments doivent être considérés. Les Justiciers urbains présenteront demain leurs recommandations à l’Office de consultations publiques de Montréal. En voici un résumé.

Mixité des fonctions

Afin de créer un milieu de vie intéressant et durable, il est impératif de limiter au maximum la création d’espace monofonctionnel et favoriser une multiplicité des usages. Le secteur compte déjà quelques commerces, mais ils restent peu nombreux et ne suffiront pas à desservir adéquatement une population qui passera de 800 à 10 000 en quelques années.

Une avenue intéressante pourrait être de favoriser la mise en place d’édifices mixtes (réserver le rez-de-chaussée pour des activités commerciales par exemple) surtout pour ce qui est des complexes de condos d’envergure.

Mixité sociale

La mixité sociale vise à limiter la concentration abusive de ménage à faible revenus dans un espace urbain limité avec les problèmes qui en découlent. Un espace socialement mixte favorise l’interaction et la cohésion sociale.  Un secteur en développement et stratégiquement situé comme Griffintown doit contribuer à cet effort et prévoir, au-delà des multiples projets de condos, une offre résidentielle variée afin d’attirer des gens de tout horizon. Pour l’instant, le secteur compte 454 logements et 1500 unités en chantiers.  Les 6000 autres projets devraient inclure un minimum de logements sociaux et différents modèles d’habitation. Il pourrait également être intéressant de prévoir quelques édifices locatifs, un type de construction boudé par les promoteurs, mais recherché et typiquement montréalais.

Un couvert végétal adéquat

Les documents officiels indiquent que la superficie d’espaces verts, qui est modeste à l’heure actuelle, augmentera significativement au cours des prochaines années dans Griffintown. Cela dit, au-delà de la mise en place de parcs, il est important de ne pas négliger le verdissement des rues et ruelles. Une autre intervention intéressante pourrait également résider dans la mise en place d’un jardin communautaire. En plus de prévenir les îlots de chaleur,  le verdissement et l’embellissement de l’espace public permet aux gens de jouir d’un environnement de qualité et les incite à s’approprier celui-ci et à l’utiliser à différentes fins (fêtes citoyennes dans la rue, jardins improvisés, etc.). Des lieux agréables et occupés sont par définition mieux entretenus, moins vandalisés et plus sécuritaires. Des éléments essentiels à la création d’un véritable esprit de quartier.

Transport durable

Les résidents de Griffintown auront tous l’avantage d’être situé de 5 à 15 minutes de marche d’une station de métro. L’important, pour tirer profit au maximum du potentiel des infrastructures de transport collectif existantes, est donc de prévoir des aménagements piétons attrayants et sécuritaires. En plus de l’augmentation de l’offre de service, la convivialité de l’itinéraire piétonnier vers le métro peut faire une différence significative dans le pouvoir d’attraction du transport collectif chez les futurs résidents. Pour l’instant, des stations Bixi et Communauto bordent les pourtours du secteur. Il serait pertinent de déployer ces services au cœur du secteur afin d’offrir aux futurs résidents et visiteurs des options de transport variées. Enfin, des normes de construction et d’aménagement devraient être imposées aux promoteurs afin d’éviter de favoriser une trop grande utilisation de l’automobile, en limitant le ratio d’offre de stationnement des projets immobiliers par exemple.

Utiliser les forces du secteur

Griffintown comprend plusieurs atouts qui pourraient servir de levier pour créer une signature distinctive et être utilisés pour créer des lieux de rassemblement propices aux interactions et au développement d’un véritable esprit de quartier. Le secteur possède 55 bâtiments présentant un intérêt patrimonial en plus d’être adossé au canal Lachine. Ce riche patrimoine devrait être conservé et mis en valeur. De plus, la mise en place d’un centre communautaire, d’une galerie pour les artistes locaux, d’un parc aménagé pour la tenue de fêtes citoyennes, de jardins communautaires sont autant d’exemples d’interventions qui auraient également un impact significatif sur la vie des citoyens.

Conclusion

L’ensemble de nos recommandations visent la réalisation de ce que nous avons appelé le «chantier social» inhérent au «chantier physique» déjà en cours et implique la création d’un milieu de vie intéressant pour les milliers de nouveaux résidents qui s’y installeront.  Il s’agit ici d’une responsabilité qui incombe à la fois à la Ville et aux citoyens qui s’installeront dans Griffintown.  La Ville a toutefois la responsabilité de mettre en place les aménagements nécessaires afin de permettent aux citoyens de prendre les leurs et de façonner le quartier à leur image.

RÉSUMÉ DES RECOMMANDATIONS

  1. Favoriser la mise en place d’édifices à usage mixtes. 
  2. Favoriser une offre résidentielle diversifiée. 
  3. Prévoir le verdissement des rues et des ruelles.
  4. Réserver de l’espace pour un jardin communautaire.
  5. Améliorer le réseau piétonnier, étendre le réseau cyclable et favoriser le passage d’une ligne de bus au cœur du quartier
  6. Assurer la présence de stations Bixi et Communauto dans le secteur.
  7. Limiter le ratio logement/stationnement à  un maximum de 0,75.
  8. Conserver et mettre en valeur le patrimoine bâti.
  9. Créer des lieux de rassemblement sur l’un des sites riches en histoire et caractéristiques  du secteur (considérer le site Sonoco).
  10. Mettre à contribution les forces vives déjà présentes (entreprises créatrices) pour «lancer» les lieux de rassemblement et contribuer à la création d’une vie culturelle communautaire.

 

Publicités

À propos de Les Justiciers urbains

Un jour, à la suite d’un projet mésadapté pour nore quartier, nous, les Justiciers urbains, avons été frappés par le devoir d’accomplir le destin qui nous unissait. Cette union nous a confié des turbos pouvoirs : lucidité et «exécutivité» hors du commun, capacité de faire triompher le bien du mal (uniquement dans des milieux citadins) ainsi que «sens de l’urbain» les avertissant des dangers imminents. Les Justiciers urbains aiment leur ville plus que tout. C’est pourquoi nous nous intéressons à l’ensemble des questions et enjeux concernant Montréal et sa région. Nous prenons position et faisons valoir nos idées face aux enjeux d’actualité. Nous produisons des éditoriaux, rédigeons des mémoires et participons à des consultations publiques avec pour mission de servir le bien commun de Montréal et de ses citoyens.

Publié le 15 février 2012, dans Édito de la semaine. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Intéressant, surtout le bout sur le patrimoine architectural.
    J’imagine que ce ne sont pas tous les édifices qui ont la même valeur. Je me demande : qui les a caractérisés ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :