La place des citoyens dans le développement de leur ville

Dans le cadre des projections du documentaire Urbanized[1], le cinéma du Parc a organisé des soirées thématiques avec différents intervenants s’intéressant à l’aménagement et à l’urbanisme.  C’est ainsi que les Justiciers urbains ont été invités à animer une discussion sur la place des citoyens dans le développement de leur ville.

Afin de lancer la discussion, nous avons abordé le thème des «consultations officielles»[2] qui sont, à notre avis, trop souvent boudées par les citoyens. Cette tendance fait écho à un cynisme grandissant face à la classe politique et à la perte de confiance envers les institutions en place. Malgré cela, nous croyons que ce type de tribune gagnerait être utilisées davantage.  Le principal attrait des consultations officielles réside dans le fait que les opinions qui y sont émises ne peuvent être totalement ignorées. L’ensemble des enjeux soulevés par les participants sont systématiquement pris en compte dans la réflexion qui entoure la rédaction des rapports de consultations.

Nous avons également insisté sur l’importance de renouer avec ces consultations alors que les dernières décennies ont laissé place à une certaine «professionnalisation» de celles-ci.  Des groupes d’intérêt bien organisés ont tendance à monopoliser les débats, ce qui contribue à accentuer le scepticisme vis-à-vis des institutions. En s’impliquant, les citoyens font donc d’une pierre deux coups: ils obligent les décideurs à les écouter et ils combattent le cynisme.

La période de discussion qui s’ensuivit fut fort animée et intéressante. Certains se questionnaient sur le poids réel qu’un citoyen peut avoir lors d’une consultation officielle. D’autres s’interrogeaient sur la volonté politique de réellement consulter la population.  Des doutes ont également été soulevés sur la pertinence d’intervenir dans ces tribunes alors que d’autres méthodes semblent plus efficaces (groupes communautaires, manifestations, etc.). Ces différentes interventions, pour ne nommer que celles-ci, nous ont permis de pousser notre réflexion plus avant.

À notre avis, le citoyen ne doit pas négliger la valeur de ses opinions. Il présente souvent des connaissances très poussées de son milieu de vie et ces dernières ont une valeur ajoutée indéniable dans la mise en place de tout projet. De plus, ces connaissances issues du milieu sont complémentaires des savoirs plus techniques et permettent clairement d’enrichir les processus de consultations.

Certains citoyens doutent de la volonté réelle des décideurs à vouloir sonder la population. Ceci en pousse plusieurs à ignorer les consultations officielles au profit d’autres types d’implication. Même s’il est incontestable que certains stratagèmes (comme la fragmentation de grands projets) sont parfois utilisés pour amoindrir la portée des consultations, il faut selon nous pousser la réflexion un peu plus loin. Que l’on doute de leur bonne foi ou non, les politiciens ont le pouvoir de vie ou de mort sur les projets. Les mécanismes de consultations existent, ils sont acceptés par la classe politique et constituent l’un des principaux canaux pour faire valoir son opinion. Les ignorer totalement est, à notre avis, une erreur stratégique.

La discussion nous a également permis de réaliser qu’au-delà des moyens à utiliser, tous s’entendaient sur l’importance de se faire entendre, d’influencer le développement et de donner envie à d’autres d’en faire autant.  Par conséquent, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon d’intervenir et il est même souhaitable que les citoyens occupent différentes tribunes. Ce faisant, l’action des uns vient souvent complémenter l’action des autres.

L’implication citoyenne dans le développement de la ville est un élément incontournable de la vie démocratique. Cela dit, celle-ci implique également d’être en mesure d’accepter qu’une décision aille à l’encontre de son opinion sans tomber dans le désaveu des institutions. Il s’agit d’ailleurs d’un grand défi lié à l’implication citoyenne.


[1] Un film de Gary Hustwit – pour plus de détails  http://bit.ly/sD6hc5  / ou encore l’article de notre Justiciers reporter  http://bit.ly/tI3Z3h .

[2] Du type de l’Office de consultation publique de Montréal ( www.ocpm.qc.ca ) ou du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement ( www.bape.gouv.qc.ca ).

Publicités

À propos de Les Justiciers urbains

Un jour, à la suite d’un projet mésadapté pour nore quartier, nous, les Justiciers urbains, avons été frappés par le devoir d’accomplir le destin qui nous unissait. Cette union nous a confié des turbos pouvoirs : lucidité et «exécutivité» hors du commun, capacité de faire triompher le bien du mal (uniquement dans des milieux citadins) ainsi que «sens de l’urbain» les avertissant des dangers imminents. Les Justiciers urbains aiment leur ville plus que tout. C’est pourquoi nous nous intéressons à l’ensemble des questions et enjeux concernant Montréal et sa région. Nous prenons position et faisons valoir nos idées face aux enjeux d’actualité. Nous produisons des éditoriaux, rédigeons des mémoires et participons à des consultations publiques avec pour mission de servir le bien commun de Montréal et de ses citoyens.

Publié le 7 décembre 2011, dans Rapport de mission. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :