Les «quartiers culturels» : miser sur la force de Montréal

Le 12 octobre 2011, les Justiciers urbains ont présenté un mémoire à la Ville de Montréal dans le cadre des consultations sur les «quartiers culturels».  L’édito de cette semaine propose un survol du mémoire déposé.

Les quartiers culturels visent à enrichir, par différents projets, les expériences en matière d’art, de culture, de design, d’histoire, d’architecture ou encore de patrimoine vécues par les Montréalais non seulement au centre-ville, mais dans l’ensemble des quartiers (la notion de culture est ici prise au sens large).

Le concept de quartiers culturels est extrêmement porteur. En effet, une des principales forces de Montréal demeure son offre culturelle au sens large.  Démocratiser celle-ci à l’ensemble du territoire de la Ville permettra de consolider cette force, mais surtout d’offrir aux citoyens l’opportunité de se réapproprier leur milieu de vie.  Ceci donnera également une saveur particulière à chaque quartier alors que les projets s’adapteront aux gens du secteur, à leurs origines, au cadre bâti, à l’histoire locale, etc.  Les quartiers culturels sont donc un levier de réappropriation de l’espace, de revitalisation urbaine et de diversification de l’offre culturelle.

Au-delà des supports classiques que la Ville peut offrir pour la mise en œuvre des quartiers culturels (planification, ressources humaines et financières), Montréal pourrait également poser une série d’actions ciblées pour ainsi faire de «l’acupuncture urbaine».

L’acupuncture urbaine est un concept urbanistique qui a été popularisé par Jaime Lerner, architecte brésilien qui a successivement été maire de Curitiba, ville de l’État du Paraná, et gouverneur de cet État entre les années 1970 et le début des années 2000. L’acupuncture urbaine se traduit par des interventions pointues, ponctuelles, simples et peu coûteuses, qui transforment une ville et un quartier en ciblant des points précis.

Afin de véritablement lancer le concept de quartier culturel, la Ville et les arrondissements doivent investir dans la revitalisation d’espaces ciblés, que ce soit en aménageant un lieu public, en restaurant un immeuble patrimonial, en intégrant des éléments de design avant-gardiste dans un projet ou en piétonnisant un segment de rue par exemple. Nous pensons que les quartiers culturels doivent se développer autour de ce genre d’initiatives simples et peu coûteuses. Pour favoriser l’effet d’entraînement qu’engendre l’acupuncture urbaine, nous pensons que la création de ce que nous appelons des « ateliers d’espace public » devrait avoir lieu dans les arrondissements.  Autrement dit, s’assurer que les espaces sont créés pour (et par) les gens et surtout utilisés par ceux-ci.

Suite à ces actions, les ciotyens vont porter une attention particulière à leur environnement immédiat, mais ils vont surtout occuper l’espace. Comme nous l’avons déjà mentionné les espaces agréables présentant un environnement intéressant sont plus conviviaux, fréquentés et moins vandalisés.

En somme, les Justiciers urbains trouvent très positif et intéressant le développement des quartiers culturels à Montréal.  Pour faire de ceux-ci une réalité nous proposons trois recommandations.

  1. Effectuer un exercice de planification harmonisée (Ville et arrondissement) en prenant soin d’inclure la société civile tout le long du processus.
  2. Supporter les différents projets par l’entremise de ressources humaines et financières dédiées.
  3. Appliquer les concepts d’«acupuncture urbaine» et d’«ateliers d’espace public» afin de créer un effet d’entraînement.
Publicités

À propos de Les Justiciers urbains

Un jour, à la suite d’un projet mésadapté pour nore quartier, nous, les Justiciers urbains, avons été frappés par le devoir d’accomplir le destin qui nous unissait. Cette union nous a confié des turbos pouvoirs : lucidité et «exécutivité» hors du commun, capacité de faire triompher le bien du mal (uniquement dans des milieux citadins) ainsi que «sens de l’urbain» les avertissant des dangers imminents. Les Justiciers urbains aiment leur ville plus que tout. C’est pourquoi nous nous intéressons à l’ensemble des questions et enjeux concernant Montréal et sa région. Nous prenons position et faisons valoir nos idées face aux enjeux d’actualité. Nous produisons des éditoriaux, rédigeons des mémoires et participons à des consultations publiques avec pour mission de servir le bien commun de Montréal et de ses citoyens.

Publié le 12 octobre 2011, dans Édito de la semaine. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :