Pourquoi les partis fédéraux devraient s’intéresser au transport collectif ?

20 avril 2011

La campagne électorale fédérale bat son plein et les différents partis font peu de cas des enjeux de transport collectif.  Certes, quelques engagements ont été pris. On a qu’à penser à la construction d’un nouveau Pont Champlain alors que le PLQ, NPD et le Bloc Québécois se sont engagés à inclure une alternative de transport collectif (pouvant aller d’une simple voie réservée à un SLR). Toutefois, aucun parti n’a de stratégie concrète en ce qui a trait au support des réseaux de transport en commun au pays. Pourtant, plusieurs facteurs devraient les pousser à s’intéresser davantage à cette question.

Le transport collectif est habituellement reconnu pour ses vertus sociales et environnementales. Il constitue une alternative abordable pour accéder aux services, aux biens de consommation, à l’éducation, à l’emploi, à la culture, à la santé et aux espaces de loisirs et est un outil incontournable dans la lutte aux changements climatiques.

Le transport collectif représente également un levier économique important qui est trop souvent sous-estimé par les décideurs et la population en général. En effet, plusieurs études démontrent que les investissements dans ce secteur génèrent plus d’emplois et d’activités commerciales que tout autre investissement en transport. Par exemple, en 2009, les sociétés de transport de la région de Montréal ont injecté 1,8 milliards de dollars dans l’économie québécoise. Cela a généré une valeur ajoutée de 1,1 milliard de dollars et des recettes totales de plus de 200 millions pour le gouvernement du Québec et de près de 90 millions pour le gouvernement fédéral.   Le secteur du transport collectif montréalais soutient également à lui seul plus de 14 000 emplois directs et indirects.

À l’instar des autres grandes villes canadiennes, la compétitivité de Montréal est minée par la congestion chronique de son réseau routier supérieur.  Dans la région métropolitaine, les pertes économiques attribuées à la congestion étaient estimées à près de 1,4 milliard de dollars pour l’année 2003, soit 1,1% du PIB régional. La comparaison entre diverses villes de taille semblable démontre que les retards occasionnés par la congestion tendent à diminuer dans les secteurs desservis par un système de transport collectif.

Les villes sont le moteur de l’activité économique mondiale. Leur prospérité repose en bonne partie sur un système de transport efficace qui permet d’optimiser le déplacement des personnes et  des marchandises. Parce qu’un investissement en transport collectif participe à améliorer la fluidité des déplacements et à réduire la congestion il s’agit d’un choix payant qui participe à améliorer la compétitivité de nos centres urbains.

Dans un contexte de reprise économique et de retour à l’équilibre budgétaire, le gouvernement fédéral aurait intérêt à investir en transport commun puisque chaque dollar injecté produira des retombées économiques positives pour le pays. Pour Montréal, il s’agirait d’une occasion intéressante de consolider le réseau de transport collectif et ainsi, favoriser son développement économique.

Les Justiciers urbains se feront un devoir de fournir les sources bibliographiques sur demande! 

Publicités

À propos de Les Justiciers urbains

Un jour, à la suite d’un projet mésadapté pour nore quartier, nous, les Justiciers urbains, avons été frappés par le devoir d’accomplir le destin qui nous unissait. Cette union nous a confié des turbos pouvoirs : lucidité et «exécutivité» hors du commun, capacité de faire triompher le bien du mal (uniquement dans des milieux citadins) ainsi que «sens de l’urbain» les avertissant des dangers imminents. Les Justiciers urbains aiment leur ville plus que tout. C’est pourquoi nous nous intéressons à l’ensemble des questions et enjeux concernant Montréal et sa région. Nous prenons position et faisons valoir nos idées face aux enjeux d’actualité. Nous produisons des éditoriaux, rédigeons des mémoires et participons à des consultations publiques avec pour mission de servir le bien commun de Montréal et de ses citoyens.

Publié le 11 juillet 2011, dans Édito de la semaine. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :